Atelier de renforcement des capacités des responsables du projet GDZHAO en Côte d’Ivoire.

In Actualités, Non classé
Abidjan, le 02 août 2019: GMES & Africa : Vers la mise en place de la première communauté de pratique du projet GDZHAO.
L’approche participative au coeur de nos préoccupations


Dans la perspective de soutenir les activités du projet GDZHAO et de contribuer à l’amélioration de la performance et de l’efficacité du projet, il demeure primordial de mettre en place une communauté de pratique composée essentiellement des parties prenantes clés en charge de la gestion des zones humides.
Le Centre Universitaire de Recherche et d’application en Télédétection (CURAT), accompagné par le CRMO (Centre de Suivi Ecologique), organise un atelier national avec comme objectif la mise en place de la communauté de pratique du projet GDZHAO pour le compte de la Côte d’Ivoire. Il s’agira de créer un cadre formel de partage d’expériences, d’expertises et pratiques en matière de gestion des zones humides.

Participent à cet atelier :
o Le sous-préfet d’Azagny
o Le sous-prefet de Grand-Lahou
o Le Sous-préfet d’Assinie
 Les structures techniques
o Société des Forêts (SODEFOR)
o Office Ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR)
o Ministère de l’Agriculture et du Developpement Rural (MINADER)
o Ministère de l’Environnement et du Développement Durable
o Ministère des Eaux et Forêts (MINEF)
o Le Gestionnaire du Parc National d’Azagny
o Le Gestionnaire de la forêt classée de N’Ganda N’Ganda
Les exploiants agricoles
 Les autorités coutumières et locales
 Groupement féminin
 Acteurs de la communication (radios communautaires, journalistes spécialisés sur l’environnement/zones humides, etc.)
 Partenaires techniques et financiers (Banque mondiale, IUCN, Wetland, etc.)
 Société civile (ONG)
 Institutions académiques et de recherches
o Université Félix HOUPHOUËT BOIGNY
o Centre National de Floristique (CNF)
o UFR Sciences de la Terre et des Ressources Minières (UFR STRM)
o Institut de Géographie Tropical (IGT)
o Etudiants Master 1 et 2, Doctorant

A propos du Programme GMES&Africa :
A travers le programme d’Appui à la Surveillance de l’Environnement et la Sécurité (GMES & Africa), l’Union africaine en partenariat avec l’Union européenne a accepté le financement du projet « Gestion durable des Zones humides pour le renforcement de la Sécurité alimentaire et de la Résilience des écosystèmes en Afrique de l’Ouest (GDZHAO)» sur une durée de trois ans.
Débuté le 1er août 2018, ce projet vise à développer et promouvoir un portefeuille de produits et services basés sur l’exploitation des données d’observation de la terre (dans les domaines de l’eau, de la végétation et des sols) afin d’améliorer les connaissances sur les zones humides ouest africaines dans une perspective de gestion durable pour la sécurité alimentaire et le renforcement de la résilience des communautés et des écosystèmes.
Il est porté par un consortium de neuf (09) partenaires composé comme suit :
 Centre de Suivi Ecologique (CSE) du Sénégal, Chef de file ;
 Institut Géographique du Burkina (IGB) ;
 Centre Universitaire de Recherche Appliquée en Télédétection de la Côte d’Ivoire (CURAT) ;
 « Department of Parks and Wildlife Management » de la Gambie (DPMW) ;
 « Center for Remote Sensing and Geographic Information Services » du Ghana (CERSGIS) ;
 Centre d’Observation, de Surveillance et d’Information Environnementale de la Guinée, (COSIE) ;
 Direction Nationale des Eaux et Forêts du Mali (DNEF),
 Direction de la Faune, de la Chasse et des Aires Protégées du Niger (DFCAP) et
 Direction des Parcs Nationaux du Sénégal (DPN)
Au niveau de chaque pays intervenant dans le projet, deux zones humides ont été choisies pour développer des produits et services dérivés de données d’observation de la terre au profit des utilisateurs desdites zones. En outre, il est prévu de renforcer les capacités techniques des gestionnaires de ces sites pour leur permettre de contribuer efficacement à la mise en oeuvre des politiques de gestion durable des zones humides en Afrique de l’Ouest. Dans la perspective de soutenir les activités du projet et de contribuer à l’amélioration de la performance et de l’efficacité du projet, il est envisagé la mise en place de communautés de pratiques composées essentiellement des parties prenantes clés en charge de la gestion durable des ressources de ces zones humides.

En ce qui concerne le Burkina Faso, à la différence des autres pays membres du consortium, deux zones humides non encore inscrites comme sites RAMSAR ont été choisies à dessein : il s’agit de la zone humide du Barrage de Samendéni d’une part, et de celle de la Vallée de la Nouaho d’autre part. L’objectif visé est de parvenir à l’inscription de ces deux zones humides comme sites RAMSAR au terme du projet GDZHAO. Au cours de l’année 2018, une étude de caractérisation a été menée sur ces deux sites en vue de mieux cerner leurs profils biophysiques, écologiques, socio-économiques, et les pressions subies aux plans climatique et anthropique.

Atelier de renforcement des capacités des responsables du projet GDZHAO en Côte d’Ivoire.
Atelier de renforcement des capacités des responsables du projet GDZHAO en Côte d’Ivoire.
Atelier de renforcement des capacités des responsables du projet GDZHAO en Côte d’Ivoire.

You may also read!

La communauté de pratiques, un outil pour améliorer le dispositif de participation du développement du service de suivi des zones humides en Afrique de l’ouest

La communauté de pratiques, un outil pour améliorer le dispositif de participation du développement  du service de suivi des zones

Read More...

Mise en place de la première communauté de pratique du projet GDZHAO au Mali

Vers la mise en place de la première communauté de pratique du projet GDZHAO au Mali Vers la Mise en

Read More...

Laisser un commentaire:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu